Les images montrent l’influenceuse en train de frapper à plusieurs reprises son chien et de lui cracher dessus car ce dernier semble refuser de faire ce qu’elle lui demande

Les images ont choqué de nombreux internautes. Brooke Houts, une YouTubeuse américaine connue pour ses vidéos aux côtés de son doberman « Sphinx », a publié mercredi par erreur une vidéo la montrant en train de maltraiter son chien.

La jeune influenceuse, suivie par près de 340.000 abonnés, souhaitait publier un « prank » (une vidéo où elle piège son doberman), mais au lieu de diffuser la version montée, elle a par inadvertance publié les rushs (scènes non-coupées), où on la voit en train de violenter l’animal.

Les images montrent la YouTubeuse en train de frapper à plusieurs reprises son chien et de lui cracher dessus car ce dernier semble refuser de faire ce qu’elle lui demande.

L’influenceuse a présenté ses excuses

La séquence a été largement relayée et commentée sur les réseaux sociaux. De nombreux internautes ont critiqué le comportement de la YouTubeuse envers son chien, l’accusant de maltraitance. En seulement quatre jours, Brooke Houts a perdu plus de 10.000 abonnés.

La YouTubeuse s’est finalement excusée sur Twitter, reconnaissant qu’elle n’aurait pas dû se mettre en colère de la sorte et lui crier dessus. « Je veux vous affirmer que je ne maltraite pas les chiens ou les animaux. (…) Mon chien n’a été aucunement blessé par mes actions dans la vidéo. (…) Ma famille et moi sommes en train de lui trouver des leçons de dressage. Je sais que je peux trouver des techniques plus efficaces pour canaliser son énergie et le discipliner », a-t-elle ajouté.

Une enquête ouverte par la police de Los Angeles

La police de Los Angeles a été avertie de l’existence de la vidéo et a ouvert une enquête, rapporte le site américain Buzzfeed.

L’association de défense des animaux Peta a également réagi après la diffusion de cette vidéo. Elle a demandé à YouTube de bannir Brooke Houts, et a écrit aux grandes plateformes pour leur demander d’adopter une politique de tolérance zéro à l’encontre des utilisateurs qui publient des vidéos ou des photos de maltraitance envers les animaux. « Des vidéos comme celles-ci sont extrêmement dangereuses, car elles risquent de normaliser le fait de traiter les animaux de manière irrespectueuse, voire de les maltraiter physiquement – en particulier aux yeux des spectateurs impressionnables, y compris les plus jeunes utilisateurs de ces plateformes », déplore la Peta.

Loading…

Source / 20 minutes

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.