L’Australie veut tuer 2 millions de chats errants

L’Australie prend des mesures radicales pour protéger sa faune indigène unique : son gouvernement souhaite éliminer deux millions de chats d’ici 2020.

La mesure a été lancée en 2015, mais elle vient de reprendre l’avant-scène de l’actualité à la suite d’un reportage du New York Times qui décrit comment des saucisses empoisonnées sont lancées depuis les airs dans le but de tuer ces petits prédateurs très actifs, soulevant critiques et questions.

C’est que ces félins, autrefois domestiques et désormais errants, doivent trouver de quoi se nourrir par leurs propres moyens. Ce faisant, ils provoquent de véritables ravages: une étude publiée en juin dernier révélait qu’ils tuent plus d’un million de reptiles par jour en Australie, et qu’ils menacent la survie de nombreuses espèces.

Les chats sont arrivés sur l’île il y a deux siècles, avec les colons européens. Depuis, ils prolifèrent partout sur l’île, et les tentatives de stérilisation et de contrôle des populations n’ont pas porté leurs fruits. Ils sont devenus l’ennemi à abattre, considérés comme les principaux coupables du taux élevé d’extinction des mammifères au pays.

«En moyenne, chaque chat retourné à l’état sauvage tue 225 reptiles par an», a déclaré le chercheur John Woinarski, cité par l’Agence France-Presse. Les oiseaux et les mammifères y passent aussi.

La méthode des «saucisses létales» n’est pas la seule utilisée pour éliminer les chats; les autorités procèdent également par trappage et abattage. Dans l’État du Queensland, on offre même 10$ australiens à ceux qui ramènent un «scalp» de chat, une décision jugée cruelle par des organismes de défense des animaux, rapporte CNN.

Leur population est estimée entre 2 et 6 millions, un recensement rendu possible par des caméras de surveillance, selon le quotidien français Le Monde. Les chats seraient d’ailleurs responsables de l’extinction d’une vingtaine d’espèces de mammifères.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.