L’asperge, le légume détox de printemps

Le printemps annonce l’arrivée de l’asperge sur les étals : une apparition brève mais remarquée, avec un pic au mois de juin. Elle fait la une des cartes des restaurants gastronomiques qui profitent de ses qualités nutritionnelles et culinaires pendant sa courte saison.


Blanche, verte ou violette, quelles différences ?
  • L’asperge blanche : elle pousse uniquement sous terre, enfouie sous des butées, protégée du soleil. Elle reste donc blanche, comme l’endive.
  • L’asperge violette : sa pointe met son nez en dehors de la terre et se colore sous l’effet de la lumière.
  • L’asperge verte : elle pousse entièrement hors de terre et se colore en vert par sa chlorophylle qui réagit à la lumière.
  • L’asperge sauvage : elle pousse sur le pourtour du bassin méditerranéen. Vertes et très fines, leur goût est plus prononcé.

Une composition équilibrée en nutriments

Le principal atout de l’asperge est son faible apport calorique (29,7 kgcal/100 g*) pour une grande richesse en vitamines et en minéraux. Elle affiche d’ailleurs des scores de championne pour la vitamine B9 et pour le phosphore notamment.

Glucides
L’asperge contient moins de 4 g/ 100 g de glucides, surtout présents dans la pointe

Protéines
L’asperge en contient un nombre important pour un légume, soit 2,6 g/100 g, dont la méthionine, acide aminé soufré, l’un des 9 acides aminés essentiels qui doit être apporté par l’alimentation. C’est un apport intéressant pour les végétariens.

Lipides
On peut considérer qu‘il n’y en a pas, comme dans beaucoup de légumes.

Fibres
L’asperge est une bonne source de fibres, avec 1,7 g/100 g (pour comparaison, la pomme de terre en contient 2g/100 g). Elle contient les 2 sortes de fibres : les pectines et mucilages (dans la pointe) solubles, et les hémicelluloses et celluloses (dans la tige) insolubles.
Cette composition en fait un légume parfait pour réguler le transit intestinal, sans irritation des intestins.


Des intérêts nutritionnels précis

Délicieuses en cuisine, les asperges présentent donc des vertus et des bienfaits pour nous : un véritable légume santé !

Une protection des intestins
Le taux de fibres, bien équilibré entre les fibres solubles et insolubles en font un bon aliment régulateur du transit. Les Grecs l’utilisaient d’ailleurs pour cet effet, dans le traitement des diarrhées.

Une action diurétique
Le rapport potassium/sodium élevé (270/3) favorise l’action diurétique qui est aussi augmenté par d’autres composés de l’asperge capables de stimuler l’élimination rénale : les fructosanes (glucides spécifiques à certains végétaux), l’asparagine béta (mono amide dérivé de l’acide aspartique).
L’odeur caractéristique de l’urine après avoir mangé des asperges provient de la présence d’une substance soufrée de dégradation et d’élimination de certains composés azotés présents dans les asperges : le méthylmercaptan.



L’asperge en cuisine

Son aspect original, ses différentes couleurs, ses saveurs subtiles évoquant l’artichaut font de l’asperge un légume très intéressant à cuisiner.

Bien choisir les asperges
On choisira des tiges fermes et cassantes, de même épaisseur et avec des pointes resserrées et un talon qui n’est pas sec (signes de fraîcheur). Mais ce sont seulement les pousses, vertes, violettes ou blanches, qui sont utilisées en cuisine.

Bien cuire les asperges
Les asperges sont préalablement épluchées, en partant de quelques centimètres en-dessous de la pointe jusqu’au bout de la tige et sans la casser. La partie dure en bout de tige est à éliminer.

La cuisson à la vapeur permet de garder toute leur délicatesse, leur texture et leur saveur. Elle sera courte (10 à 15 minutes, selon l’épaisseur des tiges). L’idéal est de les faire cuire dans un cuit-asperge, réunies en botte et posées debout sur un panier percé sous lequel l’eau affleure juste.

En fin de cuisson, pensez à arroser les asperges vertes d’eau froide afin de conserver l’éclat de leur couleur verte
Quant aux asperges blanches, la cuisson qui leur permet de conserver au mieux leur couleur et leur saveur si particulière, reste la cuisson au « blanc » : de l’eau, de la farine, du vin blanc ou du citron, sans sel.

Conseils de conservation
Le but est d’éviter la déshydratation de l’asperge car elle favorise la formation de fibres et développe l’amertume.
Consommez l’asperge le plus rapidement possible après l’achat.

Cuites, il est déconseillé de les mettre au réfrigérateur, elles ramolliraient et perdraient leur goût.
Crues, si vous avez besoin de les conserver (deux à trois jours maximum), enveloppez-les asperges blanches dans un torchon humide et placez-les dans le bac à légumes du réfrigérateur. Une fois épluchées, consommez-les dans les 48h.

Les asperges vertes
Elles se conservent différemment au réfrigérateur : placez la botte debout dans une assiette avec un peu d’eau.

  • Au congélateur : après les avoir blanchies (plongées quelques minutes dans l’eau bouillante), égouttez-les, puis séchez-les délicatement dans du papier absorbant, avant de les congeler.
  • En conserve : après les avoir pelées, coupez-les pour que la pointe ne touche pas le couvercle du bocal. Remplissez d’eau salée avec une cuillère à café de jus de citron (pour qu’elles restent blanches). Faites stériliser pendant 1h30 et laissez refroidir dans le stérilisateur.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.